Généralement, on parle de transcription pour les écritures représentant la parole et de translittération pour spécifier que l'on passe de l'alphabet utilisé pour l'écriture d'une langue à un autre alphabet, par exemple la translittération des caractères cyrilliques, arabes etc. en caractères latins. Cependant, un usage habituel (non spécialisé) fait que l'on parle pourtant de transcription du chinois en pinyin ou tout autre système semblable tel celui de l' É.F.E.O (École française d'Extrême-Orient) ou le Wade. Cet usage litigieux du point de vue des normes du français tient certainement au fait que la valeur attendue du pinyin est avant tout de permettre la reproduction des "sons" de la langue plutôt que d'être une nouvelle et véritable écriture. Seul l'avenir à long terme sera l'arbitre en la matière.
A cela se surajoute une autre variable. En effet, nous parlons dans cet article de mots créés, utilisés dans des sens inhabituels ou traduits parfois par le son et parfois par le sens. Par commodité, je parlerai de transcription dans la suite du texte en sollicitant l'indulgence des puristes.


( popup sans page associée ? 
cliquez ici )