Pour signifier les tons de la langue, l'écriture actuelle - quốc ngữ - utilise des signes diacritiques dont la fonction est de modifier la prononciation d'une lettre ou d'un mot. Comme le français donne des noms aux accents, par exemple circonflexe, aigu, grave etc., le vietnamien donne des noms à ces signes diacritiques. Chacun de ces noms porte le signe qu'il signifie. Il y en a six :

huyền, accent grave - traïnant bas

hỏi, crochet dit en chef - tombant/montant

ngã, tilde - montant glottalisé

sắc, accent aigu - montant haut

nặng, point souscrit - tombant glottalisé

ngang, absence de signe - traînant moyen


A ces signes pour les tons, il faut ajouter l'accent circonflexe, la barre sur le d ( đ ), la brève (comme dans sắc ou nặng ci-dessus) et enfin la barbe ou corne, par exemple sur le u de ngữ. Tous ces signes peuvent se combiner à ceux qui notent les tons mais leur fonction propre est seulement de modifier la prononciation de la lettre.

Echantillons : 
ạ ả ấ ậ ắ ồ ổ ỗ ớ etc.


( popup sans page associée ? 
cliquez ici )