Association Geza Roheim



l'air du temps

Explication des rêves - La dernière clef des songes

02 mars 2012


 L'air du temps plutôt qu' Actualités car ces informations ne sont pas forcément tombées de la dernière pluie.



Les auteurs, éditeurs et libraires désireux de nous soutenir et de se voir cités sont les bienvenus. La Librairie L'étourdi, Achat et Vente de livres anciens, a fait un lien sur nous et Bernard Juillerat nous a adressé son livre, Penser l'imaginaire - essais d'anthropologie psychanalytique.




A lire....

bturqomb.gif (1016 octets)  Explosion de publications dans le champ "ethnopsy" !!  Après le Penser l'imaginaire de Bernard Juillerat et Le mythe de tapir chamane - de Patrice Bidou,  déjà signalés dans les précédentes Actualités, viennent de paraître :

grille.gif (47 octets) La folie du Chaman - Histoire de l'ethnopsychanalyse - de Richard Lioger, PUF, collection Ethnologies, septembre 2002. Le titre principal peut avoir un effet trompeur, ce qui est bien dommage car les qualités de ce livre ne sont que peu redevables à un nouveau discours sur le chamanisme [note1]. Il s'agit avant tout d'un travail d'analyse historique à travers les idées des principaux auteurs et acteurs impliqués directement ou par référence dans le champ "ethnopsy".  Pour parler lacanien, ce que fait parfois le Professeur Richard Lioger, ont été convoqués Freud, Malinowski, Lévi-Strauss, Róheim, Devereux, Nathan, Lacan et .. la folie du chaman dont on pourra toujours dire qu'elle justifie le titre principal. Dans les premières lignes de l'Introduction Richard Lioger considère que "La prise en compte des thèses que Freud y développe (dans Totem et tabou) ... sans le recul que le travail de Lacan y apportera plus tard, est inacceptable pour un ethnologue." Il s'agit là d'un parti pris même s'il paraît aujourd'hui représenter une opinion majoritaire. Nous persistons à penser (voir notre page Totem et tabou) que Freud pose une véritable question qui paraît échapper aux détracteurs de sa réponse : interrogation sur le passage singulier du genre homo à l'Homme, être de culture et de langage. A moins de lire Lacan comme on lit les prophéties de Nostradamus, il nous semble vain d'y chercher une réponse quelconque sur ce sujet. Nous oserions même ajouter que Freud n'aurait pas hésiter à chercher du côté des travaux éthologiques actuels comme ceux de Frans de Waal dont on peut par exemple avoir une idée avec De la réconciliation chez les primates, Flammarion, 1992. Au-delà de ces débats, le livre de Richard Lioger est extrêmement intéressant et il paraît même indispensable pour tous ceux qui voudraient comprendre quelque chose à une histoire de l'ethnopsychanalyse et aux questions d'avenir posées par cette approche.

grille.gif (47 octets) L'anthropologie psychanalytique, sous la direction de Paul-Laurent Assoun et Markos Zafiropoulos, éd. Economica, coll.Anthropos, 2002, est un ouvrage très composite, de Lacan durkheimien à la parole dévidée du Yom Kippour en passant par la condition subjective dans les sociétés démocratiques ou les anamnèses de Freud et Rousseau. Chaque chapitre présente des intérêts singuliers mais nous avouerons cependant avoir du mal à y retrouver un fil rouge, sauf à définir l'anthropologie psychanalytique comme n'importe quel discours général sur l'Homme, discours organisé en référence à la psychanalyse. Mais dans ce cas la notion d'anthropologie psychanalytique devient alors un ensemble si vaste qu'il en perd de son identité. Quoiqu'il en soit, le lecteur standard ne doit pas s'attendre à retrouver exactement le même champ de recherche que celui développée par l’équipe du laboratoire « Recherches en anthropologie psychanalytique » (R.A.P.) auquel participent B. Juillerat, P. Bidou, J. Galinier, M. Xanthakou, A. Green, E. Smadja etc.

grille.gif (47 octets) Le numéro 2 des Cahiers du Groupe de Recherche et d'Application des concepts Psychanalytiques à la Psychiatrie en Afrique Francophone (GRAPPAF) fondés par Yves Kaufmant, publié chez L'Harmattan, 2001, est intitulé Les repères dans la famille africaine. Au-delà de quelques problèmes de mise en page et de typographie, ce numéro nous a fait un peu regretter le précédent. Il est vrai que la notion de "la famille africaine" est aussi critiquable que le serait celle de "la famille asiatique". Si la diversité des sociétés africaines ne produisait qu'un seul type de famille, on voit mal comment la "famille africaine" pourrait être une notion pertinente. Le continent africain ne serait-il pas parfois un immense écran sur lequel se projette une sorte de nostalgie humaniste se nourrissant de solidarité, de sagesse et de socialité idéalisées ? Penser que ".. les références directes à ce continent faites par Lacan y sont peu nombreuses mais elles n'en restent pas moins précieuses." comme l'écrit Claude Duprat dans L'Afrique dans l'enseignement du Dr Lacan, ne relève-t-il pas un peu du fétichisme ? On peut louer la qualité du travail de recherche nécessaire à cet article mais il est difficile de retenir autre chose que la transparence (ou la banalité si l'on préfère) de l'enseignement du Docteur sur ce sujet. Que signifie cette mode qui tend à insister sur le titre de Docteur de Lacan ?

grille.gif (47 octets) Anthropologie et psychanalyse - Malinowski contre Freud - de Bertrand Pulman, aux PUF, coll. Sociologie d'aujourd'hui, octobre 2002. Là, le titre et le sous-titre ont l'avantage d'être explicites et adaptés au contenu de l'ouvrage. Dans la veine historique de ses articles sur Rivers, Seligman, Marret et sur les relations entre anthropologie et psychanalyse, B. Pulman poursuit avec Malinowski mais cette fois sous la forme d'un livre qui présente successivement la personnalité et la trajectoire du célèbre ethnologue, l'organisation sociale des Trobriandais et les éléments de la controverse avec Freud par l'intermédiaire de Jones, débat dont on sait qu'il entraînera le périple de Géza Róheim et le début de l'anthropologie psychanalytique. Pulman décrit et commente avec clarté la question du complexe nucléaire. D'une certaine manière un tel livre était attendu car le débat Malinowski - Freud est fondateur des relations entre anthropologues et psychanalystes.

bturqomb.gif (1016 octets) L'identité au Maghreb - L'errance - de Noureddine Toualbi, Alger, Casbah Editions, 2000, nous semble essentiel pour qui veut comprendre "la crise culturelle" qui animent aujourd'hui les pays du Maghreb. Noureddine Toualbi enseigne l'anthropologie psychanalytique et la psychologie interculturelle, son livre en est marqué par le souci pédagogique. Par exemple sur la question de l'identité, Toualbi rappelle avec clarté les travaux des principaux auteurs qui se sont exprimés sur ce sujet. On nous permettra cependant quelques remarques. L'auteur écrit (p.157) : " .. lorsque l'angoisse identitaire .. atteint un niveau paroxystique, l'inconscient s'en défend par le recours préférentiel à des pratiques de l'ancienne culture .." ou plus loin ".. pour quelles raisons le modernisme des aspirations et des attitudes parvient-il à se concilier avec la magie qui est le signe antique de la pensée primitive et de l'irrationnel ? ". Notre pratique clinique auprès de personnes migrantes venant de ces pays (mais bien entendu il s'agit là d'une variable fondamentale) tend à montrer des différences très importantes entre personnes originaires d'Algérie, du Maroc et de Tunisie. Ces différences nous incitent même à penser que la question "de la crise identitaire" ne peut être traitée sans distinguer les particularités manifestes. Il se peut qu'à partir d'une vision algérienne l'auteur puisse écrire ".. à des pratiques de l'ancienne culture.." mais, vu de France ou du Maroc, actuellement comme à travers de multiples documents datant de la colonisation et de périodes ultérieures pendant lesquelles on ne parlait pas encore de crise identitaire, il ne nous paraît pas que la notion d'ancienne culture soit très pertinente. Pourquoi ? Parce que justement ce sont les personnes les "moins modernes" et apparemment les mieux enracinées qui ont recours à des représentations culturelles dites improprement traditionnelles. Enfin, la notion de "magie .. antique"  ne nous paraît pas appropriée. Pourquoi ? Parce que Le Coran lui-même exprime l'existence des djinns, des démons, des noeuds, du mauvais oeil etc. Le Coran s'achève sur deux sourates (113 - al-falaq, 114 an-nâs) qui l'expriment sans ambiguïté. Ainsi, à moins de placer la religion dans la catégorie de ".. la pensée primitive et de l'irrationnel..", ce qui peut bien sûr s'entendre, il ne s'agit pas de culture ancienne mais de culture actuelle ou alors le professeur Toualbi doit appliquer son analyse à la majorité des sociétés dites occidentales et modernes. Le recours quotidien à la Bible (des écoles, de la justice et au serment du président) aux Etats-Unis ou les pratiques "parallèles" en France (de la sorcellerie à la voyance etc.) dont on sait qu'elles "brassent" un budget au moins égal à celui de la sécurité sociale) seraient alors les éléments manifestes de la permanence d'une pensée magique. Nous sommes personnellement prêts à les considérer ainsi mais à ce moment là le recours au magique dans les sociétés maghrébines perd de sa spécificité et de sa pertinence dans l'analyse de la crise identitaire. Cette longue remarque ne s'applique qu'à une partie minime de ce livre, qui rappelons le, est indispensable pour comprendre les sociologies du Maghreb.

bturqomb.gif (1016 octets) Paru dans la revue Evolution Psychiatrique [67, 2002, p.516-544], un article d'Aboubacar Barry, L'enfant mort et sa mère en clinique africaine, a retenu notre attention. Nous avons déjà eu l'occasion de préciser que nous émettons beaucoup de réserves devant l'idéologie défendue depuis quelques années par Tobie Nathan [note2]. Cela étant dit, nous avons du mal à interpréter ce climat anti-Nathan, climat que M. Barry installe dès les premières lignes. Nous le comprenons d'autant plus mal que son article est strictement de la même veine que ceux qui ont alimenté pendant des années la défunte Nouvelle Revue d'Ethnopsychiatrie. Aboubacar Barry insiste fermement pour se désolidariser des interprétations et usages que Nathan fait des représentations associées à la naissance, à la nomination, à l'enfant-ancêtre, sorcier, nit ku bon, à l'enfant qui revient etc. Cependant, et ne lui en déplaise, son exposé clinique montre à l'évidence que sa compréhension et son analyse sont complètement étayées sur son expérience et sa propre connaissance des représentations culturelles qui sont en jeu. En un mot, Aboubacar Barry sous-estime ses propres compétences. Pas complètement d'ailleurs car, et bien que cela soit entre parenthèses, il peut écrire (p.529) : " Il est fort probable que le fait que je fus moi-même Africain, Burkinabé, de la même génération qu'elle .. (le cas Agathe) .. ait contribué à permettre cet échange autour de sa grossesse." Presque contre son gré, c'est justement la capacité de l'auteur à entendre, à analyser et à interpréter les représentations culturelles qui rend son article original, riche, intéressant et dont on ne peut que recommander la lecture à tous ceux qui sont en relations thérapeutiques, sociales, éducatives avec des familles africaines.

bturqomb.gif (1016 octets) Nous signalerons enfin un petit livre qui sera bien utile aux étudiants en sociologie, ethnologie, psychologie et à tous ceux qui ont affaire avec la notion de culture. Il s'agit de La culture, de Jean Fleury, chez Bréal, coll. Thèmes & Débats Sociologie, 2002.


haut de cette page

 




Les sites du moment


bturqomb.gif (1016 octets) Si vous êtes intéressés par la sinologie, les actualités en ce domaine, les colloques, conférences etc., visitez le site de l'Association Française d'Etudes Chinoises. Vous y retrouverez aussi des liens vers le musée Cernuschi et des expositions archivées. Vous pourrez prendre connaissance de la célèbre revue Etudes Chinoises. Pour les "psy", nous signalons particulièrement dans le Vol. XX, n°1-2 du Printemps-Automne 2001, un article de Jean-Pierre Diény intitulé Le saint ne rêve pas. De Zhuangzi à Michel Jouvet.

bturqomb.gif (1016 octets) Si vous avez lu le dernier numéro (oct.2002) de la revue Connaissance Hellénique, vous savez que le Christ parlait grec avec les Romains et les Grecs mais s'adressait au peuple en araméen. Nous connaissons Connaissance Hellénique depuis une vingtaine d'années. A l'époque, nous voulions, comme la sphinge, questionner Oedipe "à la source" et notre ami Jacques Lebreton, professeur de philosophie nous avait fait connaître l'Initiation au grec ancien de Jean-Victor Vernhes (chez Ophrys). Ainsi de fil en aiguille, nous avions bénéficié du service bénévole et connu la revue Connaissance Hellénique. Vous trouverez tous les renseignements possibles sur sa page web, hébergée à l'Université de Provence, Aix - Marseille à l'adresse http://www.up.univ-mrs.fr/~whellen/ . Jacques Lebreton offre quant à lui un site qui ne pourra que captiver les élèves,étudiants et enseignants de philosophie. Il se nomme bien sûr :  http://philia.free.fr/ .

bturqomb.gif (1016 octets)Cogito Search est un annuaire extraordinaire concernant la philosophie et les sciences humaines. Réalisé par la revue Res Publica, il est impossible que vous n'y trouviez pas quelque chose qui vous intéresse et qui n'attendait que votre visite.

bturqomb.gif (1016 octets) Madame Rita El Khayat est psychiatre, psychanalyste, conférencière, auteur de livres et de nombreux articles sur la psychiatrie au Maroc, sur les femmes, la sexualité dans le monde arabe, l'islam etc. Pour la connaître et retrouver ses publications, visitez son site en cliquant ici.

haut de cette page

 



Un évènement ... ou deux ...

Dans L'air du temps précédent nous informions du procès fait à Daniel Mermet, accusé de produire de l'antisémitisme dans l'émission Là-bas, si j'y suis. Le 12 juillet dernier, le tribunal n'a pas retenu ces étranges accusations. Je ne sais pas si la menace d'une guerre à l'Irak sera prochainement réalisée mais je crois que les espoirs de paix dans le conflit israélo-palestinien sont aujourd'hui réduits à une peau de chagrin, et cela pour des décennies à venir. Il est vraisemblable que les cent dernières années constituent une époque qui sera perçue dans le futur comme la plus folle, la plus violente et la plus obscure de l'histoire de l'humanité. Il n'est pas évident que les progrès techniques que nous jugeons extraordinaires soient aussi fondamentaux que le furent l'agriculture des céréales ou l'invention de la charrue.

Pour la qualité du texte, le plaisir de la lecture, nous renvoyons au bel article de Catherine Clément , Lévi-Strauss : 94 ans de génie, paru dans Le Point.

Les personnalités suivantes : Etienne Bois -Jacques Chonchol - Georges Condominas - Raymond Depardon - Simone Dreyfus-Gamelon - René Dumont - Alfred Kastler - Bernard Kouchner - Jean-Marie G. Le Clézio - Michel Leiris - Claude Lévi-Strauss - Philippe Texier - Alain Touraine - Jean-Pierre Vernant, ont constitué le comité d'honneur de ?  - Réponse -


...Vous avez une idée pour les prochaines Actualités ?.... écrivez-moi.

haut de cette page



[note1]
On a effectivement de la peine à ne pas croire que les responsables de la publication n'aient eu le souci d'insérer le titre dans le courant porteur du chamanisme. Aujourd'hui, les ndopkat, les fqi, les peintres de la préhistoire et les gourous de séminaires chamaniques (sur un ou deux week-ends payants bien entendu) seraient tous des chamans. Chaman était déjà un signifiant flottant, il est devenu vide ou plutôt ajustable à toutes les formes d'interprétations et de pratiques relatives à un certain surnaturel. Vous pourrez même lire un reportage de Claude Mesmin sur des démonstrations chamaniques à l'Université de Vérone (Italie). A quand le spectacle d'un office religieux catholique à usage pédagogique pour étudiants mongols ou celui d'un ndop à usage divertissant pour les vacanciers d'un "Club Méd" sénégalais ? - retour
-

[note2] Dans la revue La Recherche de septembre 1998, un article de Marie Ange d'Adler, Tobie Nathan, le "psy" des ghettos,  se terminait ainsi : "« Il a créé la première consultation d'ethnopsychiatrie dans un hôpital où venait un grand nombre de familles immigrées et il a montré aux étudiants l'importance de la culture » rappelle le professeur Serge Lebovici qui l'avait fait venir à l'hôpital Avicenne. Mais maintenant ? « Il exagère » sourit le vieux psychiatre."
Cette concision résume notre propre point de vue. Aucune culture ne saurait rester vivante si elle ne s'actualisait et ne se vivait dans une société qui la contient. Ne pas distinguer entre culture et société revient d'une manière ou d'une autre à dénier la migration. Par contre, nous suivons Nathan s'il s'agit de soutenir que notre société doit se donner les valeurs, les moyens et les structures d'accueillir la diversité culturelle. - retour -



haut de cette page

espaceVotez pour ce site au WebOrama

Accueil général du sitegrille.gif (47 octets)anciens numerosgrille.gif (47 octets)Page sommaire de tous les textes

© Association Géza Róheim - Fermi Patrick - 17 septembre 1998