Page d'accueil du site




l'air du temps

Article

Systèmes de Nomination en Asie du Sud-est. P. Fermi

To read Websites to see
Evenement First actualities

La dernière clef des songes

18/03/11


L'air du temps plutôt qu' Actualités car les informations données ici ne sont pas forcément tombées de la dernière pluie.



Les éditeurs et libraires désireux de nous soutenir et de se voir cités sont les bienvenus.

A lire....

bturqomb.gif (1016 octets) Pour qui s'intéresse à la psychologie et à l'anthropologie, il peut y avoir un certain intérêt à lire Pour une psychanalyse maghrébine de Héchmi Dhoui paru cette année chez L'Harmattan. Il faut cependant savoir que la vision de cet auteur est jungienne avec certaines des ambiguités, pour ne pas dire plus, portées dans l'oeuvre de Jung. Ainsi la notion de COEX à laquelle se référe Dhoui reprenant péle-mêle les archétypes, le Moi communautaire et une prétendue neurobiologie des cerveaux droite et gauche etc. laisse un peu à désirer. On ne peut mentionner la psychanalyse et le Maghreb sans rappeler le livre de Jalil Bennani, La psychanalyse au pays des saints, éditions Le Fennec, 1996, ouvrage essentiel pour connaître l'histoire de la psychanalyse au Maroc. On y retrouvera un autre psychanalyste, René Laforgue, qui, comme Jung, a entretenu des relations ambiguës avec l'idéologie nazie. Il serait intéressant qu'un jour quelqu'un puisse expliquer la relative tolérance accordée à des auteurs dont l'intolérance et l'aveuglement devant les différences culturelles sont manifestes.

bturqomb.gif (1016 octets) Sans ambiguité est par contre le livre de Pascal Dibie, La Passion du regard, chez Métailé, Paris, 1998. Son Ethnologie de la chambre à coucher, chez Grasset en 1987, avait touché, me semble-t-il, un large public. Il faudrait espérer que celui-ci fasse de même mais... j'ai un peu peur que la richesse et la chaleur de cette matière à penser soient par trop en décalage avec la superficialité et la froideur temporaire qui règnent actuellement sur les sciences humaines.

bturqomb.gif (1016 octets) Savez-vous ce que veut dire ploutrer, plouter, bloutrer ? Ce qu'est l'étriche d'une faux ? Si non allez voir du coté de La technologie, science humaine, de André-Georges Haudricourt, ouvrage qui traite d'histoire et d'ethnologie des techniques. Cette compilation d'articles, de l'attelage à l'igname, de la fonte en Chine à la domestication des animaux, est déprimante par son érudition. Il remet Les pieds sur terre, ce qui est aussi le titre d'un livre écrit justement avec Pascal Dibie (éd. Métailé, 1987).

bturqomb.gif (1016 octets) Pour qui s'est étonné de la surprenante (et injuste ?) préférence du Dieu biblique pour les offrandes d'un éleveur de bétail sur celles d'un agriculteur, il suffit de lire Abel ou la traversée de l'Eden de Mary Balmary, chez Grasset, 1999. On peut regretter que sa "neutralité psychanalytique" s'interrompt avec le souci constant de protéger les caractères prétendument sages, sacrés, initiatiques des textes. Même Dieu dans la figure du Maitre de la parabole des talents, par de subtils retournements, devient immensément bon lorsqu'il est manifestement dur et implacable. Ça fait réfléchir.

bturqomb.gif (1016 octets) Une nouvelle revue, L'autre, cliquez dessus pour en savoir plus.

haut de cette page

 




Les sites du moment

bturqomb.gif (1016 octets)Connaissez-vous Min Ko Naing ? Il s'agit de ce leader étudiant emprisonné par la dictature militaire birmane. Visitez http://www.cam.org/~birmanie/ pour en savoir plus et accéder à d'autres liens sur ce pays où se mêlent tragiquement la compassion bouddhiste et une répression si sévère que l'Eveillé y perdrait un peu de sa sérénité...enfin...un bouddhiste classique plaindrait plutôt les dictateurs de ce qui les attend dans leurs vies prochaines...En attendant...

bturqomb.gif (1016 octets)Visitez le site de l' Associação Brasileira de Etnopsiquiatria . Une page en français présente cette association brésilienne d'ethnopsychiatrie. Nous ne savons pas réellement leurs orientations théoriques et pratiques si ce n'est leur volonté d'aller chercher des réponses du coté de l'ethnologie.

bturqomb.gif (1016 octets)Si vous vous intéressez à l'histoire du peuplement et des migrations , plus précisément de la région Rhône - Alpes, consultez ce site. Nous y avons Copier-Coller ceci :
espace"Les hôtes et les étrangers doivent occuper une place dans ton royaume. Fais-leur bon accueil et laisse aux étrangers leur langue et leurs usages, car il est bien faible et bien fragile le royaume qui emploie une seule longue et partout les mêmes coutumes. Ne manque jamais d'équité ni de bonté envers ceux qui sont venus se fixer ici. Traite les avec bienveillance, afin qu'ils se sentent mieux chez toi que dans n'importe quel autre pays"
espaceEtienne 1er de Hongrie (959 - 1038) exhortation à son fils Imré

haut de cette page

 



Un évènement...

bturqomb.gif (1016 octets) L'appel de Nouméa pour la diversité culturelle : oui à l'universel, non à l'uniformité

La diversité qui fait la richesse de la culture humaine au-delà des frontières et à travers les siècles, est menacée. A l'heure, en effet,de la " mondialisation " du marché et des échanges, l'uniformisation d'une production de masse et des modes de vie, de plus en plus soumise aux contraintes de ce marché, menace les expressions multiples de la créativité humaine. L'ordre économique mondial qui se met en place porte en lui une police de la pensée et de la création.

De tous temps, la diversité culturelle a été constamment soumise à la barbarie des pouvoirs conquérants. Des œuvres lentement et mûrement réfléchies ont cessé de faire sens et de faire vivre des peuples : les Amérindiens décimés comme les Tasmaniens disparus, les royaumes africains dissous par la traite, le Codex mexicain détruit au XVIème siècle, Samarkand pillé par Gengis Khan au XlIIème siècle et tant d'autres cultures et civilisations effacées à jamais. La conquête de territoires dans le passé, laisse la place à la conquête des esprits. Sous des formes différentes, le contrôle des marchés dans tous les domaines, secrète aujourd'hui les mêmes maux : la domination du plus fort et la négation des cultures soumises ou dites minoritaires.

Le déplorer ne suffit pas. Le renoncement vaut certes acceptation mais le repli sur soi ne saurait empêcher le mouvement de " mondialisation ". Par contre, la finalité et la forme des échanges sont à changer radicalement.

A la violence de l'uniformité mortifère, nous opposons la vitalité de la création continue et diversifiée. Nous devons échanger non des marchandises équivalentes mais du sens, dans la différenciation entre soi et l'autre. Si nous consommions tous la même chose, nous tomberions dans la morne répétition et l'abolition même de l'échange.

Nous ne nous résignons pas aux logiques de destruction tant des espèces végétales et animales que des créations mêmes de l'homme. Car c'est l'humanité qui en est appauvrie.

Prédateur impitoyable de la nature, l'homme a commis en ce siècle des atteintes à l'environnement d'une ampleur inédite. Il a désormais les moyens de la mettre en péril partout.

En juin 1992, la Conférence de Rio en appelait à la Communauté internationale pour sauvegarder la biodiversité nécessaire à la survie de la planète. Cette prise de conscience constitue une reconnaissance de la responsabilité de l'espèce humaine. A l'échelle planétaire, une avancée considérable dans l'histoire de l'humanité, un acte réel de civilisation.

C'est pourquoi, nous lançons aujourd'hui un appel pour que le pas accompli à Rio soit prolongé par un sursaut collectif identique afin de sauvegarder la diversité culturelle, création continue depuis des millénaires. La revendication " d'exception culturelle " et le refus d'un monde uniforme et standardisé manifestent, dans certains pays, la légitime défense du droit à une expression, à une créativité et à un mode de vie propre. Cette exigence doit s'appliquer à tous, partout où existent des foyers de création, aussi réduits soient-ils. Les cultures dites minoritaires, égales aux autres et toujours vivantes, ne doivent pas être oubliées. Leurs peuples proclament le droit de partager avec le monde une expression originale constitutive du patrimoine commun de l'humanité.

Nous lançons donc un appel :

- pour la sauvegarde de la diversité culturelle et contre l'uniformité appauvrissante,
- pour la reconnaissance et l'expression des cultures dites minoritaires,
- pour que la mondialisation du marché n'étouffe pas la dimension universelle de toute culture humaine.

La culture unique est la mort de toute culture.
Oui à l’universel, non à l’uniformité.

Appel lancé à Nouméa le 18/11/1999 par  Marie-Claude Tjibaou et Paul Vergès

...Vous avez une idée ?.... écrivez-moi.

haut de cette page

espaceVotez pour ce site au WebOrama

Page d'accueilgrille.gif (47 octets) First actualitiesgrille.gif (47 octets)Sommaire des textes

© Association Géza Róheim - Fermi Patrick - 17 septembre 1998